Culture » Rencontres et débats »
Rencontres et débats

La France dans La Nuit de la Philosophie

Pour la troisième année consécutive, le Centre Culturel Kirchner  (adresse : Sarmiento 151, Buenos Aires) accueillera la Nuit de la Philosophie. Cet évènement apparu en 2010 à Paris, a conquis de nombreuses villes comme Londres, New-York, Athènes ou encore Rabat, et s’est installé à Buenos Aires depuis deux ans maintenant. À cette occasion de nombreux philosophes et intellectuels argentins, français et allemands sont présents pour des conférences suivies de discussions dans un espace dédié au débat, à la réflexion et aux échanges d’idées. De nombreuses activités annexes sont également proposées ( théâtre, cinéma, musique…).

Cette année, nous auront la chance de recevoir les philosphes et penseurs français Barbara CASSIN (CNRS), Georges DIDI-HUBERMAN (EHESS), Florent GUENARD (ENS, Université de Nantes), Eric SADIN (Institut des Sciences Politiques), Marc BESSIN (CNRS, EHESS), Adèle VAN REETH, Muriel UBÉDA-SAILLARD (Université Paris-Nanterre, Université de Lille) et Evelyne MESCLIER (Paris VII- Diderot).

Les Intervenants

FOTO_CASSINBarbara CASSIN: Docteur en philosophie, présidente du Collège International de Philosophie et directrice de recherche au Centre National de Recherche Scientifique, Barbara Cassin est une des intellectuels contemporains les plus reconnus. Spécialiste de philosophie antique et de Heidegger, philologue et germaniste, elle a developpé une réflexion orifinale sur les origines du langage philosophique et de la circulation/traduction des concepts philosophiques. Elle est l’auteure d’ oeuvres remarquables dont les plus connus sont: Jacques le sophiste. Lacan, logos et psychanalyse (Ed. Manantial, 2013), La Nostalgie (Ed. Nueva Visión, 2013), et L’Effet sophistiqué (FCE, 2008). Elle a dirigé l’important volume Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraductibles (Ed. Seuil, 2004).

20:00 – « Eloge de la traduction » (SALA FEDERAL. PISO 6.)
La traduction est l’un des grands enjeux culturels et sociétaux d’un monde globalisé. « La langue de l’Europe, c’est la traduction », disait Umberto Eco. Traduire, c’est préférer à une communication rapide et basique dans une langue dominante plus ou moins artificielle (ainsi le « global english » ou globish) un travail coûteux et parfois déconcertant sur la différence des langues, des cultures, des visions du monde. Traduire est par excellence un savoir-faire avec les différences : un bon paradigme pour les sciences humaines et un excellent modèle pour la citoyenneté d’aujourd’hui.

20:45  AGORA  (TERRAZA  DE  LA  BALLENA.  PISO   4)    
23:00 ­‐ « Portrait du psychanalyste en sophiste » ( SALA FEDERAL. PISO 6.)
« Le psychanalyste, c’est la présence du sophiste à notre époque, mais avec un autre statut », dit Jacques Lacan.
J’explorerais le sens de cette phrase, à partir des traits communs entre discours du sophiste et discours de l‘analyste, via la performance, l’homonymie, le signifiant, donc au plus loin d’Aristote et de notre manière habituelle de parler qui se fonde sur l’univocité du sens.

 

Georges Didi Huberman-2008-Modène-1 - copie

Georges DIDI-HUBERMAN: Philosophe, historien de l’art et docteur en sociologie et sémiologie des arts et de la littérature, Georges Didi-Huberman est directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris depuis 2006. Il a été professeur invité dans de nombreuses universités étrangères, comme John Hopkins, Berkeley ou Fribourg. Il est aussi commissaire d’expositionet membre du conseil artistique du centre Pompidou. Il est devenu ces dernières années un des penseurs les plus influents dans le champ de l’esthétique et de la philosophie.Il a reçu de nombreuses distinctions comme le prix Gay-Lussac Humboldt en 2006 et le prix Theodore W. Adorno en 2015. Il s’intéresse en particulier à la politique des images à travers des livres et oeuvres comme Soulèvements. Il a publié plus d’une trentaine de livres, dont Ce que nous voyons, ce qui nous regarde (1992), L’image survivante (2002) et Devant le temps (2000).

21:00 – « La vie est à nous » (SALA FEDERAL. PISO 6)
C’est le titre d’un film collectif dirigé par Jean Renoir en 1936, c’est aussi la question politique qui nous échoit chaque jour. Qu’est-ce donc que ce « nous » de la vie que nous voulons émancipée des gouvernements biopolitiques ?

0:00 -­ « Quand l’esclave se révolte » (SALA FEDERAL. PISO 6)
C’est la situation la plus élémentaire, semble-t-il, des soulèvements. On l’évoquera à travers les figures de Frederick Douglass, de Toussaint Louverture et d’Aimé Césaire.

0:45  AGORA  (TERRAZA  DE  LA  BALLENA.  PISO  4)  

FOTO_GUENARD_2Florent Guénard : Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure , Florent Guénard est docteur en philosophie et spécialiste en philosophie politique. Professeur à l’Université de Nantes, il travaille aussi comme chercheur associé au prestigieux Collège de France. Collaborateur de l’historien Pierre Rosanvallon, il est directeur de la revue en ligne  internationale La vie des idées, et est directeur de la collection La républiaue des Idées dans la maison d’édition Le Seuil. Reconnu spécialiste de l’oeuvre de Jean-Jacques Rousseau, il a developpé une pensée originale sur le populisme et la démocratie. Parmi ses livres le splus connus, on retrouve La Démocratie universelle (Ed. Seuil, 2016), Modenités de Rousseau (2012) et  La démocratie à l’oeuvre. Autour de P. Rosanvallon (Ed. Seuil, 2015).

20:00 – Voulons-nous vraiment être égaux ? ( AUDITORIO 612. PISO 6)
Le désir d’égalité est un principe constitutif des sociétés démocratiques. Mais il semble qu’aujourd’hui ce principe n’ait plus la même effectivité. Les inégalités ne cessent de croître, et la protestation est faible. Aurions-nous cessé de vouloir être égaux ?

20:45  AGORA  (  TERRAZA  BALLENA.  PISO  4)    

0:00 – Qui a le droit d’être citoyen ? (AUDITORIO 612, PISO 6)
La question migratoire est aujourd’hui majeure, et elle reconfigure un grand nombre des notions sur lesquelles la pensée politique moderne s’est constituée. L’idée de citoyenneté en fait partie: la présence au sein d’une communauté nationale d’étrangers résidents depuis un certain temps oblige à comprendre autrement la participation politique.

Eric Sadin par stephan larroque HDEric SADIN: Ecrivain de fictions et philosophe, Eric Sadin a construit une oeuvre double dans laquelle il analyse depuis dix ans l’impact de la révolution digitale sur nos sociétés, avec une vision trés critique du monde que créent Google, Facebook et les autres géants de la Silicon Valley. Il intervient régulièrement à l’Institut des Sciences Politiques à Paris. Il a été professeur à l’Ecole Supérieure d’Art de Toulon et professeur invité a l’ECAL de Lausanne et à l’Université d’Art IAMAS au Japon. Il est le fondateur et rédacteur en chef de la revue éc/artS. Il a orgnisé les coloques Globale Paranoïa – Formes et puissance de la surveillance contemporaine (Paris, Palais de Tokyo, 2008), Physique/virtuel (Médiathèque d’Orléans, 2005) et Textualités & nouvelles technologies (Saison française au Québec, Musée d’Art contemporain de Montréal, 2001). Il a réalisé une résidence dans la Villa Kujoyama au Japon et a reçu le premier prix Pompidou pour la conception d’une version multimédia de son livre Tokyo (P.O.L.). Après la Vie algorithmique (publié par Caja negra en espagnol en 2017), il écrit La Silicolonisation du monde – l’irrésistible expansion du libéralisme numérique (2016).

22:00 – L’intelligence artificielle : le surmoi du XXIe siècle . (SALA FEDERAL. PISO 6)
Une pression sur la décision humaine est appelée à s’exercer sans cesse davantage, opérée par des systèmes d’intelligence artificielle instaurant à terme une marchandisation intégrale de la vie autant qu’une organisation toujours plus automatisée de nombres de secteurs de la société.

22:45  AGORA  (  TERRAZA  DE  LA  BALLENA.  PISO   4)    

1:00 ­‐ La Silicolonisation du monde. (SALA FEDERAL. PISO 6)
Berceau des technologies numériques, la Silicon Valley incarne l’insolente réussite industrielle de notre époque. Mais aujourd’hui, elle ne renvoie plus seulement à un territoire, c’est aussi un esprit en passe de coloniser le monde. Celui qui voit l’avènement d’un « technolibéralisme global » qui entend tirer profit du moindre de nos gestes, inaugurant l’ère d’une « industrie de la vie ».

 

 

Bessin photoMarc BESSIN : Docteur en sociologie au Centre National de Recherches Scientifiques (CNRS), Marc Bessin enseigne à Ecole de Hautes Etudes en Sciences Sociales. Il est membre de l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les Enjeux Sociaux (IRIS) qu’il a dirigé de 2011 à 2015. Il conduit des recherches sur des histoires de vie et sur les institutions sanitaires, judiciaires et sociales, avec une perspective de genre et de « care ». Il développe ainsi une sociologie des présences sociales qui interrogent les particularités temporelles et sexuées des interdépendances. Il co-dirige la revue Temporalités et est l’auteur, entre autres livres, de Parents après 40 ans (Autrement, 2012), Bifurcations (La Découverte, 2010) et Autopsie du service militaire (Autrement, 2002)

19:30 – Les dimensions temporelles de l’ordre du genre (AUDITORIO 614. PISO 6)
Il s’agira de penser ensemble temporalités et genre, en ce que l’ordre du genre peut s’envisager comme le produit d’une socialisation à un rapport au temps qui assigne les individus du genre féminin à des compétences temporelles altruistes, telles que la disponibilité temporelle permanente, le sens de l’anticipation, la patience et la responsabilité (conséquentialiste).

20:15    AGORA  (  TERRAZA  DE  LA  BALLENA.   PISO  4)      

22:30 – Présences sociales : les temporalités pour penser les solidarités (AUDITORIO 614. PISO 6)
S’inscrivant dans les perspectives philosophiques du care, la sociologie des présences sociales souligne les enjeux temporels et sexués des interdépendances entre les individus. Elle revient à étudier les capacités de temporalisation des interventions pour autrui (médico-sociales et plus largement tous types d’accompagnement de la personne) et ainsi la politisation des solidarités.

Adéle VAN REETH: Spécialiste en philosophie du cinéma, diplomé de l’École Normale Supérieure, producteur de radio et chroniqueuse. Elle travaille et intervient sur le thème du quotidien, en particulier à partir des travaux du philosophe Stanley Cavell. Depuis 2011, elle produit et anime l’émission philosophique quotidienne Les nouveaux chemins de la connaissance à la radio publique française. En 2014m elle lance une collection appellée « Questions de caractère » dans laquelle elle dialogue avec des philosophes contemporains. Le premier volume, co-écrit avec Jean-Luc Nancy, traite du bonheur, thème sur lequel il est intervenu plusieurs fois. Elle a publié entre autre livres Le Mal, en collaboration avec Michaël Foessel, L’obstination, co-écrit avec Myriam Revault d’Allonnes, Le Snobisme, en collaboration avec Raphaël Enthoven et La Pudeur avec Eric Fiat.

Ubéda-Saillard photoMuriel UBÉDA-SAILLARD : Juriste et docteur en Droit Public pour l’Université de Paris-Nanterre, Muriel UBÉDA-SAILLARD est spécialiste en droit pénal international et en droit des relations internationales. Vice-présidente de l’Université de Lille, elle a developpé la recherche sur les relations entre le droit et la violence, le terrorisme internaitonal, la corruption ainsi que sur le Tribunal Penal International. Titulaire d’une aggrégation en Droit Public, il a publié de nombreux travaux sur la responsabilité des entreprises et l’exercice des libertés publiques en zone de conflits armés ainsi que sur le thème de l’immunité des chefs d’Etat. Elle a collaboré à la rédaction du Dictionnaire de la guerre et de la paix et vient de sortir l’oeuvre: Après les atrocités de masse: quel type de reconstructions individuelles?

21:30 – Violence et droit dans un monde globalisé (AUDITORIO 614 . PISO 6)
La violence est à la fois l’objet contre lequel le droit lutte et le moyen par lequel il s’impose. Il y a donc « quelque chose de pourri au coeur du droit » (J. Derrida), qui se révèle avec acuité dans la confrontation entre la violence conservatrice qu’exerce l’Etat pour maintenir l’ordre établi et la violence fondatrice de tous ceux qui prétendent imposer un ordre nouveau, révolutionnaires hier, terroristes aujourd’hui.

20:15    AGORA  (  TERRAZA  DE  LA  BALLENA.   PISO  4)      

0:30 – Les défis de la Cour pénale internationale dans la poursuite des responsables d’atrocités de masse. (AUDITORIO 614. PISO 6)
Instituée par le Statut de Rome en 1998 et en fonction depuis 2002, la Cour pénale internationale a la lourde tâche de défendre « la cause de l’humanité » (K. Annan). Mais dans un ordre juridique décentralisé, les intérêts essentiels de l’humanité diffèrent selon l’interprétation des gouvernants et la Cour se trouve ainsi confrontée à de multiples obstacles juridiques et surtout politiques qui témoignent sans doute de la difficile légitimation d’un pouvoir de punir déconnecté de la souveraineté et du pacte social (jugement complexe des chefs d’Etat en exercice, fronde de l’Union africaine, résistance des Etats-Unis, problèmes de financement, etc.

Evelyne Mesclier-photoEvelyne MESCLIER: Docteur en Géographie de l’Université de Paris VII-Diderot, elle est ancienne élève de la prestigieuse Ecole Normale Supérieure de Paris. Actuellement directrice de l’Institut Français des Études Andines (Lima), elle est également chercheuse principale de l’Institut de Recherche et de Développement (France). Spécialiste des thématiques de développement, des réformes agricoles et de la condition des campagnes au Pérou, elle est l’auteure de nombreuses études sur la géographie de l’Amérique Latine dont  Los Andes y el reto del espacio mundo, Geografía de América Latina, et La globalisation vue depuis de Sud.

22:00 – Production de l’espace géographique et (dé)construction de la démocratie ( AUDITORIO 612. PISO 6)
La transformation accélérée des formes de production de l’espace géographique, décrite par différents auteurs qui interrogent l’apparition de nouvelles échelles d’action et de nouvelles articulations entre territoires et réseaux, repose la question du rôle de ces formes dans la possibilité de la démocratie.

22:45  AGORA  (TERRAZA  DE  LA  BALLENA.)

AUTRES ACTIVITÉS 

Projections

19h45 – Cultura para principiantes (2015)

Simone de Beauvoir

20h – Diálogos Transatlánticos (2016)

Patrick Boucheron et Nicolás Kwiatkowski

22h – Diálogos Transatlánticos (2016)

Philippe Descola et Florenciá Tola

23h– Diálogos Transatlánticos (2015)

Pierre Bourdieu

00h00 – Diálogos Transatlánticos (2016)

Judith Revel et Marcelo Raffin

0h45 – Cultura para principiantes (2016)

Michel Foucault

1h45 – Cultura para principiantes  (2016)

Claude Lévi Strauss

2h00 – Diálogos Transatlánticos (2016)

Anne Christine Taylor et María Alba Bovisio

Ares Visuels 

  • Oscar Brenifier: est docteur en philosophie. Il a travaillé dans différents pays promouvant des ateliers de philosophie pour adultes et des travaux pratiques de philosophie pour les enfants. Il a publié la collection pour adolescents L’apprentissage philosophique et l’oeuvre Questions de philo entre adolescents, ainsi que la collection pour enfants Filosoniños et Les petits albums de philosophie. Il a également publié des manuels pour professeurs. Enseigner pour le débat et La pratique de la philosophie à l’école primaire. Il est l’auteur du rapport La philosophie non académique dans le monde, financé par l’UNESCO.   www.brenifier.com

 

  • Jacques Després: Il aurait du être joaillier comme l’indiquait la tradition familiale, mais il intégra clandestinement les Beaux Arts. Au début des années 90, et toujours clandestinement, il renonça au courant des arts reconnus et s’embarqua dans le média, aujourd’hui encore peu dévellopé qu’est l’illustration digitale. Cette discipline s’affirma rapidement comme un des champs de recherche les plus extraordinaires dans la production d’images. Au fil des années, il fut ammené à travailler dans des disciplines trés variées comme l’animation, le jeu ou la scénographie.  www.jacquesdespres.fr 

En attendant la nuit: performances et milonga

À partir de 16h jusqu’à 19h, Arthur des Radis tournera dans tout le CCK avec sa musique et ses pensées, les partageant avec ceux qui seront présents.

Entre 16h et 19h se tiendra sur la plaza seca une milonga en hommage à l’anniversaire de la mort de Gardel.

Arthur Monniot, alias Arthur des Radis: Un jour de pluie à la fin de son adolescence, il prit en main pour la première fois une guitare. Il ne la lâcha plus jamais. Depuis, il voyaga en Australie, en Espagne et au Mexique, pour finir par arriver en Argentine début 2015. 

Gastronomie

La gastronomie sera représentée à travers des offres gourmet des pays organisateurs et des espaces seront habilités spécialement pour déguster ces délices locaux et étrangers. Seront présents: Silberwizen, Bratwurst, Nico Creppes, Calentá y Comé, En el nombre del postre, So Bagle, Greek Catering, Don Tata, Crepas, Guapaletas, Slow Food, Daksha, Cardamomo Veggie, Ork, Armanini Chocolates, Osumi, La Sabrosa, Frenchie.

Lieu: plaza seca

Horaire: de 16 à 2 am

DIFFUSION ET TRANSVERSALITÉ

 L’évènement sera diffusé à la Télévision Publique Argentine et sur Radio Nacional. Seront également présents Radio France Internationale et France 24. La programmation sera publiée prochainement sur www.xxx.cck.gob.ar

Certaines conférences seront filmées et d’autres enregistrées afin d’être disponibles sur le web pour tous ceux qui ne pourraient pas assister à cette nuit. Sont également disponibles certaines conférences de l’année dernière.

 

24/06/2017 19:00 -

Date: samedi 24 juin de 19h à 2h

Lieu: Centre Culturel Kirchner (Sarmiento 151, Buenos Aires)

Pour consulter toute la programmation: Site du CCK

Entrées gratuites. Elles pourront se retirer le jour même à partir de 15h. 

Les entrées seront remises dans la limite des places disponibles, à raison de 2 par conférence et pour 3 conférences non consécutives maximum.

FacebookTwitterGoogle+WhatsApp