Coopération scientifique et technologique

En raison de sa longue tradition en matière scientifique et de la priorité qu’elle assigne aux sciences et à l’innovation, l’Argentine a su construire une recherche et une culture scientifique de renommée internationale dans un certain nombre de domaines. Le pays est le deuxième d’Amérique du Sud par le nombre de publications référencées. Il compte trois prix Nobel en sciences exactes: Bernardo Houssay en médecine, Luis Federico Leloir en chimie et César Milstein en médecine. Depuis 2007, la politique scientifique argentine est impulsée par le Ministère de la science, de la technologie et de l’innovation productive (MINCyT).

Répondant aux attentes des partenaires institutionnels : MINCyT, le Conseil National de Recherche Scientifiques et Techniques (CONICET) et avec de grands organismes de recherche français (en particulier CNRS, INRA, IRD, Institut Pasteur) et des universités, la coopération scientifique bilatérale avec la France est la plus importante de l’Argentine en termes de projets de nombres de projets (plus d’une centaine recensés par le MINCyT et plus de 400missions annuelles de chercheurs français en Argentine).

La coopération s’articule autour de grands domaines d’action :

Des programmes d’appui à la recherche via la mobilité des scientifiques

 

  • Le programme ECOS-SudArgentine: programme phare de notre coopération scientifique crée en 1997, il permet l’émergence de projets de recherche conjoints, financés pendants 3 ans. Il favorise la création de laboratoires internationaux (LIA, Pics, UMI) et de réseaux (GDRI, RRI), à travers le financement de la mobilité d’équipes de chercheurs. Plus d’une quarantaine de projets sont conduits chaque année et en 2017, le programme a célébré 20 ans d’existence avec le témoignage de nombreux chercheurs. A partir de 2018, ECOS-Sud s’enrichi d’un dispositif de mobilité post-doctorale, ECOS+.
  • Le programme de bourses Saint-Exupéryde mobilité doctorale encadrée.
  • Les programmes régionaux STIC-AmSud et MATH-AmSud: dans les domaines de la science et technologie de l’information et de la communication (STIC) et des mathématiques (MATH), qui comptent avec la participation de la France. Ilssont ouverts à 9 pays de l’Amérique du Sud (hors Bolivie).L’Argentine est partenaire d’une douzaine de projets, financés pendant 2 ans.

 

  • Le développement d’équipes de recherche conjointes
  • Le laboratoire international de recherche sur le développement agricole et rural AGRITERRIS. Il prend la forme d’un réseau de recherche RRI à partir de 2018
  • le GDRI Neuro Frames: réseau franco-latino-américain en neurosciences
  • le GDRI Nano Andes: réseau franco-latino-américain en nanosciences
  • l’Unité Mixte Internationale Franco-Argentine sur l’Etude du climat et ses impacts UMIIFAECI.
  • le LIA PMFen Physique et Mécanique des Fluides.
  • le LIA INFINISen systèmes et langages informatiques.
  • le LIA LEMIR en structure et réactivité des Molécules, ions et radicaux en phase Gazeuse
  • le LIA ALFA-APCen Astroparticules et Cosmologie
  • le LIA IM-TB/VIHenAnalyse transcriptomique et métabolomique des macrophages dans un contexte de co-infection
  • le LIA MAGNETO en Physique
  • le Centre Franco-Argentin des Sciences de l’Information et des Systèmes CIFASIS.
  • Le rapprochement entre institutions françaises et argentines pourune coopération au long cours et de grands projets scientifiques internationaux.

Ces accords viennent compléter une riche histoire d’échanges et de partages entre les communautés scientifiques écrite par les principaux fleurons de la recherche française avec en particulier: le CEA, le CNES, le CNRS, l’INRA, l’INRIA, l’INSERM, le Synchrotron SOLEIL et l’Institut Curie de Paris et plus récemment le CIRADl’IRD, l’IRSTEA, le MNHN, la COMUE Sorbonne Paris Cité, MINATEC, l’Académie des Sciences, l’Institut de France.

  • L’activité de veille scientifique et technologique, réalisée conjointement par le service de presse et par le secteur scientifique, publiée sous forme de synthèse sur le portail France diplomatie.
  • La diffusion de la pensée scientifique française par l’intermédiaire d’expositions, de conférences et de débats d’idées

Chaque mois, l’Institut français d’Argentine organise en partenariat avec le MINCYT, le Centre Culturel de la science (C3) et l’Alliance Française un « Café des Sciences », à Buenos Aires au Pôle Scientifique et Technologique, ou dans les Alliances françaises dans les Provinces. C’est une rencontre entre scientifiques français et argentins, pour échanger sur des thèmes scientifiques actuels avec le public, dans le cadre convivial d’un « café », mis en place pour l’occasion.

Toute l’année des conférences et débats d’idées sont organisés à l’occasion des congrès internationaux, des missions scientifiques ou des visites de personnalités scientifiques comme Serge Haroche, Jean-Marie Tarascon, Cédric Villani, Françoise Barré-Sinoussi, ou Hervé Le Treut…

 

Coopération environnementale entre la France et l’Argentine en Français

L’ambassade de France en Argentine travaille en étroite relation avec le Fond Français pour l’Environnement Mondial (FFEM) avec lequel il a accompagné 4 projets depuis 10 ans.

Deux grands projets, cofinancés FFEM : « Conservation et gestion durable du Gran Chaco » (2013-2017) projet tri national avec la Bolivie et le Paraguay et « Réserve Naturelle Urbaine et gestion des risques climatiques » avec la ville de Santa Fe (2015-2018). En 2016 et 2017, le poste a participé au comité de suivi des deux projets. L’exécution du projet « Gran Chaco » a été prolongée jusqu’à mi-2018. En 2017, il a obtenu un financement européen de 1,8 M€ pour 2018-2020. Après deux ans, le projet avec Santa Fe avance avec succès. Un projet FFEM géré par la fondation Tara Océan a débuté en 2017. Des activités scientifiques sont prévues sur la biodiversité marine en Argentine.

Dans le contexte de l’ouverture d’un bureau de l’AFD en Argentine, un dialogue direct permet d’identifier d’éventuels nouveaux projets. L’expertise française est valorisée dans la maîtrise d’ouvrage, la maîtrise d’œuvre, l’assistance technique, la formation ou le transfert de compétences et de technologies. Un travail de veille est effectué sur les thèmes environnementaux dans le cadre de la coopération décentralisée.